Rechercher
  • Natacha C-M

Vegé-t-a-rien ou Veg-épicurien ?



S'ils se déconstruisent peu à peu, les clichés opposant plaisir et cuisine végétale restent tenaces et enflamment les débats. Alors qu'en est-il vraiment ? La cuisine végétarienne se conçoit-elle uniquement au travers de soustractions tristes et moroses ? 

Les stéréotypes concernant la "veggie-food" sont à peu près aussi nombreux que les raisons pour vouloir limiter sa consommation de protéines animales. En plus de bénéficier d'une démarche éthique, la science reconnait qu'un régime végétarien bien équilibré serait un véritable atout santé. Alors pourquoi a t-on tant de mal à franchir le pas ?

DES SIÈCLES D'IMPOPULARITÉ OCCIDENTALE

Longtemps considéré comme un signe extérieur de richesse, la viande et le poisson ont été les piliers centraux de nos schémas alimentaires. A tel point qu'il n'est pas si rare d'entendre qu'un repas n'en serait pas un si la présence de l'un des deux ne s'y invitait pas.

Ces conditionnements traditionalistes sont les leviers de tous les stéréotypes qui nuisent à la véritable perception des infinies possibilités de la cuisine végétale. Ancrée profondément dans notre culture, la soustraction de ces éléments jadis _faussement_ indispensable parait impitoyable et décourage d'avance les moins curieux.

Pour autant, donnera t-on raison à l'adage qui dirait "Végétarien" t'as rien ? A qui substituerait froidement et uniquement les protéines animales par des substituts tels que tofus, seitans ou encore protéines de soja texturées, assurément ! Quelle immense source de frustration lorsque l'on a connu et apprécié les plaisirs de plats traditionnels d'en arracher leur essence en les mutant par des substituts végétaux qui _si par des procédés miracles peuvent approcher leurs textures_ n'ont clairement rien de semblables en goût. 

UNE CUISINE INVENTIVE, COLORÉE, GOURMANDE

Non, la véritable découverte de la cuisine végétarienne consiste à s'extraire de de nos a-priori et de revoir entièrement la construction de l'élaboration de nos assiettes. Il s'agit de créer une nouvelle façon de concevoir des plats en réinventant l'architecture de nos pensées alimentaires. 

Alors, et une fois ce travail de conception effectué, il n'est plus question de soustraire mais bien au contraire de multiplier les innombrables potentialités que la Terre nous offre.  C'est en explorant l’ensemble des diversités végétales que la richesse de cette cuisine commence à nous étonner, nous séduire, puis véritablement nous passionner. 

Libre à nous de faire rimer végétarien, épicurien, plaisir, épanouissement; car à cet art culinaire il n'existe aucune limite. Autant de couleurs, de contrastes, de textures, de saveurs à découvrir que nous délaissions parfois par manque d'intérêt pour ce qui n'était banalement que l'accessoire de mise en valeur de nos produits de chasse ou de pêche.  Reste à noter que si le végétarisme en feront rêver certains par son aspect "healthy" _ et bien qu'il puisse en être une composante essentielle_il n'en est pas sa première caractéristique. 

DES GRAINES, MAIS PAS QUE...

Le végétarien n'en déplaise aux préjugés établis ne se nourrit pas uniquement de légumes de saison. Il s'ouvre aux variétés immenses des légumes secs et légumineuses, des céréales, des herbes aromatiques ou sauvages, de la multiplicité des graines, des épices, des fruits secs, des algues et même pour ceux qui serait les plus aventuriers : des fleurs. 

Elle est un pont qui nous relie à d'autres cultures qui, pour leur part, ont su conserver au centre de leur alimentation un régime largement végétalisé : tajines de légumes pour l'Afrique du Nord, Dahl de lentilles en Inde, Colombo de courges, Chili végétarien... Un voyage au delà des possibles assuré, un dépaysement à moindre coût, l'assurance de perpétuelles découvertes ! 

Et pour ceux qui seraient adeptes de sucre et de plaisirs décomplexés la junkfood végétal existe aussi offrant : burgers, pizzas, lasagnes, nems, ravioles, tortillas, quesadillas, houmous, fallafels... Qu'elles soient équilibrées ou débordant de gourmandise et de générosité , les propositions végétales sont de plus en plus nombreuses et alléchantes. 

On comprend mieux alors pourquoi après des décennies  de mauvaise réputation, le végétarisme a le vent en poupe et devient bien plus qu'une simple tendance : une véritable "way-of-life". Alors n'a t-on pas tout intérêt _sans renier pour autant nos traditions ancestrales_ à tenter l'experience ? 




0 vue
  • Facebook
  • Instagram
Abonnez-vous à notre newsletter

© 2020 par Natacha Collet